High tech & Mobile

L’Europe en faveur d’un chargeur universel de portable

25/04/2014 / High tech & Mobile


L’Europe en faveur d’un chargeur universel de portable

Trop de déchets, trop de contraintes pour le citoyen

La volonté des consommateurs européens de normaliser et rendre compatibles les chargeurs de portables n’est pas nouvelle. On en parlait déjà en 2011, lorsque les fabricants dont Samsung, Sony Ericsson et Nokia avaient signé un accord  à ce sujet.

L’accumulation des différents types de chargeurs a pour effet d’augmenter le prix d’achat global des portables pour les euro-citoyens. Ceux-ci étant sans cesse obligés de renouveler leurs chargeurs usés, et contraints de partir en quête d’un chargeur compatible ou d’investir dans un adaptateur qui les rend dépendants à la marque.
Outre cet aspect défavorable aux consommateurs, la multiplicité des chargeurs va a l’encontre des mesures environnementales en Europe.

Nos tiroirs remplis de câbles et équipements obsolètes ou incompatibles représentent environ 51 000 tonnes de déchets supplémentaires et la directive adoptée le 13 mars 2014 est liée à l’objectif écologique de préservation de l’environnement par la réduction des déchets.

3 ans pour parvenir à une application concrète de la Directive

Si l’intention est louable, l’application de la directive pose encore des problèmes juridiques et économiques. La Commission européenne va d’abord lancer une étude de faisabilité en accord avec les principaux groupes industriels du secteur.

Elle va devoir créer une série de mesures juridiques contraignantes pour tous les acteurs du marché du portable (smartphones, GPS,  tablettes, lecteurs mp3, appareils photos numériques…), ce qui suppose un accord « obligatoire » entre concurrents pour harmoniser les technologies. Apple et ses chargeurs spécifiques est particulièrement concernée par la directive.

C’est finalement le chargeur avec connectique Micro-USB qui fera office de chargeur universel,  signant la fin des adaptateurs pour tous les appareils électroniques d’Union Européenne. Les fabricants mondiaux ont 3 ans pour s’y conformer, faute de quoi ils tomberont sous une interdiction de commercialiser leurs produits au sein de l’UE.

Vous devez être enregistré et connecté si vous voulez laisser un commentaire !

Commenter avec
    En poursuivant votre navigation, vous acceptez les cookies pour améliorer le parcours utilsateur et bénéficier de certaines offres plus en lien avec vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus sur les conditions d'utilisation du site cliquer iciFermer