Consommation énergétique

Guide des classifications énergétiques pour tout connaître de A à Z

Guide des classifications énergétiques pour tout connaître de A à Z

Parce que les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la consommation d’énergie et à l’impact écologique des produits qu’ils achètent, un système de classification énergétique a été mis en place par l’Union Européenne.

Il permet aux acheteurs d’acquérir de nouveaux biens en toute connaissance de cause.

L’étiquetage, obligatoire en ce qui concerne l’électroménager, l’automobile et l’immobilier, donne de précieuses informations sur le rendement énergétique global des biens et des produits à la vente. Il aide le consommateur à mieux choisir son produit en fonction des critères environnementaux.

Qu’est-ce que la classe énergétique ?

Instaurée par l’Union Européenne, la classification énergétique consiste en une étiquette complète qui permet de fournir aux consommateurs deux critères pour bien choisir leurs produits :

  • les performances énergétiques qui influeront directement sur la facture
  • les performances environnementales qui évaluent l’impact écologique du produit

L’étiquette énergétique est une fiche standardisée affichée sur les produits en vente. Elle est destinée aux particuliers et a pour objectif d’aider les consommateurs dans leurs choix en évaluant les caractéristiques d’un produit ainsi que ses performances énergétiques.

Elle facilite le choix entre deux modèles proches mais différents en indiquant les économies réalisées pour chacun. S’il y a une information à retenir sur l’étiquette énergétique, c’est la classe énergétique du bien ou du produit concerné.

Chaque classe est déterminée par un seuil établi par la loi et chaque seuil varie en fonction du type de produit ou du bien. Dans tous les cas, l’étiquette énergie affiche une couleur ainsi qu’une note variant de la lettre A à la lettre G.

  • La lettre G, en couleur rouge, correspond aux produits et biens les plus énergivores. Ces produits peu économiques sont à éviter absolument.
  • La lettre A, en couleur verte, correspond aux produits et biens offrant le meilleur rendement. Ces produits particulièrement économes doivent être préférés aux autres.

Attention : un appareil classé en C peut consommer jusqu’à 3 fois plus d’électricité qu’un appareil classé en A. Il conviendra donc de privilégier les produits classés en A.

L’étiquette énergie comporte d’autres mentions importantes lors de l’achat d’un produit électroménager :

  • l’efficacité et la capacité
  • la marque et le modèle
  • le bruit émis
  • la consommation d’eau

La classe énergétique de l’électroménager

Comprendre l’étiquette énergétique avant d’acheter de l’électroménager est indispensable. L’électroménager représente en effet la majeure partie de la consommation d’électricité des foyers français. En fonction de la marque et du modèle de l’appareil, sa consommation peut varier du simple au quadruple !

C’est pourquoi l’Union Européenne a décidé de créer une étiquette énergétique spécialement conçue pour l’électroménager. En ce qui concerne les appareils de froid (réfrigérateur, congélateur…), le classement varie des lettres D à A+++.

Un réfrigérateur A+++ est en moyenne 60% plus économe qu’un réfrigérateur A.

La classification énergétique de l’électroménager froid indique également la contenance, le bruit et la consommation énergétique des appareils.

Pour ce qui est des appareils de lavage comme le lave-vaisselle ou la machine à laver, le classement varie également des lettres D à A+++ mais l’étiquette énergie indique en plus les performances de séchage, la capacité en kilos pour le lave-linge et en couverts pour le lave-vaisselle, le bruit exprimé en décibels et la consommation d’eau exprimée en litres par an.

La classification énergétique de l’électroménager est semblable à celle des ampoules.

La classe énergétique de l’automobile

Les étiquettes énergie des véhicules permettent d’identifier les émissions de CO2. Elles sont mesurées en grammes de CO2 par kilomètre et comportent un classement des lettres G pour les véhicules les plus polluants à A pour les véhicules les moins polluants.

L’étiquette énergie des voitures améliore la transparence lors du choix d’un nouveau véhicule. La décision du consommateur a un impact direct sur les coûts d’exploitation de ce dernier.

D’autres mentions figurent sur l’étiquette : marque, modèle et version, type de transmission, énergie, poids, CO2 rejeté et consommation mixte / urbaine / extra-urbaine. Depuis 2006, les voitures dont l’émission de CO2 est supérieure à 200g/km sont taxées sur leur carte grise.

Il existe également un système de bonus écologique qui vise à récompenser les acquéreurs de voitures neuves émettant peu de CO2 via une aide financière. Moins une voiture émet de CO2 et plus le bonus est important.

La classe énergétiques des logements

Depuis 2011, tout acheteur potentiel d’un logement doit se voir fournir un DPE, ou comparer les tarifs d’électricité.

Destiné à améliorer l’information des acheteurs de biens immobiliers, ce diagnostic existe depuis 2006 et vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

A part les fonds de commerce, les vente d’immeubles à construire et les cessations de droit de bail, tous les biens immobiliers à vendre ou à louer doivent faire l’objet d’un diagnostique énergétique (DPE).

Le DPE donne plusieurs informations à l’acheteur :

  • la consommation énergétique d’un bien pour le chauffage et la production d’eau chaude grâce à l’étiquette énergie
  • les émissions de gaz à effet de serre grâce à l’étiquette GES

Le DPE comporte également quelques recommandations qui permettraient d’améliorer la performance de l’habitation.

L’étiquette énergie de l’habitation exprime uniquement une estimation et non la consommation réelle du logement. Elle est estimée en fonction de différents facteurs (mode de chauffage, isolation, etc…).

Les biens sont classés de la lettre G pour les logements énergivores à la lettre A pour les logements économes. Le KWH ep/m2/an est l’unité de mesure utilisée, il s’agit en fait de l’énergie primaire estimée par an ramenée au mètre carré.

Quelques chiffres :

  • En France, la consommation moyenne d’un foyer est de 250 KWH ep/m2/an, ce qui correspond à la lettre E sur l’étiquette énergie.
  • Moins de 1% des habitations actuelles se situent en catégorie A, les normes RT2012 étant entrées en vigueur il y a seulement 3 ans.
  • Un logement sur deux est classé en E, F ou G.

CompareDabord souhaite que le guide pour vous aider à faire économies !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *